Le cycle des Nymphéas ou comment voyager avec l’esprit

Pierre-Auguste Renoir, Portrait de Claude Monet, huile sur toile, 85 x 60,5 cm, 1875, musée d'Orsay, Paris. Source: Wikipedia. Licence: réutilisation autorisée sans but commercial.

Pierre-Auguste Renoir, Portrait de Claude Monet, huile sur toile, 85 x 60,5 cm, 1875, musée d’Orsay, Paris.
Source: Wikipedia. Licence: réutilisation autorisée sans but commercial.

     Claude Monet (1840 -1926) est un peintre impressionniste français qui a joué un rôle primordial dans la formation de l’impressionnisme. D’ailleurs son œuvre Impression, soleil levant a donné son nom au mouvement. Il a peint de nombreux paysages et est à l’origine de tableaux célèbres dont la série des Nymphéas où nous traiterons ici de ce que l’on pourrait qualifier du « voyage imaginaire « . C’est-à-dire où Monet donne à voir un paysage presque onirique, sorte d’échappatoire au tumulte de la ville.

     Parlons tout d’abord de la série des Nymphéas. Monet a créé un jardin aquatique avec un étang à Giverny, où il plante entre autres des nénuphars toujours dans l’optique de capter les différentes variations de la lumière. Or en créant cet espace, Monet donne naissance à un paysage poétique, idyllique au caractère japonisant. Ainsi, il l’amène directement à lui en créant ce paysage constitué de toutes parts puisque ce jardin est devenu un sorte de studio en plein air . Cette vision presque onirique est renforcée par le fait que Monet ne représente pas l’horizon: les repères visuels du spectateur sont perturbés puisqu’il n’y a plus de points stables, d’où cet effet de flottement provoqué par l’ensemble (pour plus d’informations suivre ce lien).
Monet donne à voir un moment fugace à travers les jeux de lumière et de couleurs qui habitent ses tableaux. Fasciné par les effets changeants, c’est en partie par ses coups de pinceaux rapides qu’il rend compte des variations atmosphériques selon différents moments de la journée et des saisons. Et c’est notamment à travers le concept de la série qu’il parvient à traiter d’un même motif et à capter ces variations. En effet, mis à part les Nymphéas il a réalisé de nombreuses séries dont celles de peupliers, de meules ou encore de la Cathédrale de Rouen.
Ainsi, les couleurs occupent une place primordiale dans les travaux de l’artiste qui cherche à produire les effets changeants de la lumière. Il va pour ce faire s’intéresser aux travaux du scientifique Michel-Eugène Chevreul sur la perception des couleurs: l’intensité lumineuse est particulièrement frappante grâce à la division des touches et la juxtaposition des couleurs complémentaires.

          Nous l’avons vu, Monet parvient à capter des moments éphémères, or cette fascination du temps qui passe se retrouve dans la disposition même des panneaux qui facilite ce sorte de voyage dans le temps. On le sait, Monet a fait don de ce cycle au musée de l’Orangerie et s’est beaucoup impliqué dans l’organisation de ce projet, notamment concernant la disposition et l’éclairage des tableaux.
La série des Nymphéas est composée de huit séries de panneaux accolés qui forment un décor de 93 mètres de long dans deux salles ovales éclairées à la lumière naturelle (pour plus d’informations, suivre ce lien).
La forme oblongue accentue l’idée que le spectateur est plongé dans un paysage, qu’il voyage au sein de ce dernier au gré des heures du jour et des saisons.

Claude Monet, Nympheas, Matin, 1920-1926, 8,902 × 1,402m, musée de l'Orangerie, Paris. Source: Flickr. Licence: Réutilisation autorisée sans but commercial.

Claude Monet, Nympheas, Matin, 1920-1926, 8,902 × 1,402m, musée de l’Orangerie, Paris.
Source: Flickr. Licence: Réutilisation autorisée sans but commercial.

De plus, il faut prendre en compte l’orientation de l’ensemble, qui se trouve sur un mur correspondant au moment du lever et du coucher du soleil. Cette notion du temps qui passe est renforcée par la disposition à l’est du Matin qui illustre le lever du soleil, puis le soir avec Soleil couchant à l’ouest.

Monet a réalisé ces toiles en période de guerre mais aussi à la suite de la mort d’êtres qui lui était chers. Jeremy Lewison fait un rapprochement entre cette période de deuil et la représentation d’une nature capable de se renouveler, à l’inverse de la vie humaine qui est vouée à prendre fin.
Il est vrai qu’à travers ces peintures Monet capte un moment éphémère et est parvenu à arrêter le temps notamment à travers la lumière naturelle qui se réfléchie sur la surface de l’eau. La peinture permet donc de représenter un moment fugitif et d’en conserver la trace. Or, toujours selon Lewison, Monet aurait pu trouver un certain réconfort dans cette maîtrise du temps qui passe.
En effet, ces toiles ont un côté particulièrement apaisant, une sorte de quiétude s’en dégage. Il est donc probable que ces oeuvres constituaient une échappatoire pour Monet lors de cette période de deuil, lui permettant d’échapper au monde matériel.
On peut également faire un rapprochement entre la déambulation du visiteur et celle d’un promeneur dans le jardin de Monet. En effet, il semble que l’œuvre incite à la déambulation et à la rêverie. Cet aspect est renforcé par le fait qu’il s’agisse de toiles de grands formats qui poussent tout naturellement le spectateur à pénétrer dans le monde de l’artiste où la lumière et les couleurs sont maîtres. Le spectateur est alors immergé dans ce paysage apaisant.

     Monet conçoit donc les Nymphéas comme un ensemble devant lequel le spectateur peut laisser vagabonder son esprit, il voyage. Or ce voyage spirituel n’est possible que grâce à la grande maîtrise du peintre qui a su illustrer les changements éphémères de la lumière naturelle par ses habiles jeux de couleurs.

Iris Relander

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s