Van Gogh ou les profondeurs psychologiques du portrait

« Autoportrait », Vincent Van Gogh, 1889, 65 x 54, 5 cm
Collection du Musée d’Orsay, Paris
Source : Wikipedia, lien url, 25/04/15

Paris est véritablement le lieu de découvertes artistiques d’une importance cruciale pour Vincent Van Gogh. Arrivé dans la capitale française en mars 1886, il est alors au contact des influences de l’époque : c’est notamment là qu’il fait véritablement la rencontre des oeuvres impressionnistes, style qui marque durablement sa peinture. La connaissance du milieu artistique parisien permet véritablement à Van Gogh de renouveler et d’enrichir sa vision. Il rencontre notamment, par l’intermédiaire de son frère, presque tous les impressionnistes, en particulier Georges Seurat et Camille Pissaro, ainsi que Paul Gauguin. Sa rencontre avec les estampes japonaises, font acquérir à ses compositions davantage de liberté et d’aisance, tandis qu’il s’essaie à la technique de l’aplat coloré. Il est également initié aux théories nouvelles sur la lumière. Ainsi, exalté par la ferveur du climat artistique parisien, Van Gogh brûle les étapes de son renouvellement artistique grâce à la fréquentation des peintres les plus anticonformistes du moment. C’est notamment à ce moment que l’on peut repérer l’origine de son enquête sur les profondeurs psychologiques du portrait, avec son ami Toulouse-Lautrec, rencontré durant l’année 87.

Nous nous arrêterons dans cet article sur la technique du portrait par Vincent Van Gogh, notamment en nous focalisant sur certains de ses autoportraits. Se peindre soi-même n’est en effet pas anodin, encore moins dans le cas de Van Gogh qui a réalisé, rappelons le, plus de 43 autoportraits.

Pourquoi se peindre soi même ? C’est une question qu’il est intéressant d’analyser, notamment dans le cadre des oeuvres impressionnistes. Van Gogh est loin d’être le seul à s’être observé pour se peindre, Rembrandt, ou encore Goya, par exemple,  se sont également exercés à cet art. Mais dans le cas de Van Gogh, l’autoportrait prend une valeur supérieure à celle d’un simple exercice de style : on touche en effet à ce qui semble être un voyage particulier au coeur de soi même, une introspection qui oscille entre vision symbolique et psychologique de soi. Il est vrai que cette interprétation prend d’autant plus d’ampleur quand on sait l’état mental de l’artiste à la fin de sa vie, période où se multiplient d’ailleurs ses autoportraits, notamment le très célèbre « Autoportrait à l’oreille bandée« . Mais il ne faudrait pas se limiter à une interprétation thérapeutique de ces autoportraits, à moins de les enfermer dans une vision simpliste et facile de l’art. Se peindre soi même constitue plutôt une interrogation qui débouche sur les limites de l’identité : jusqu’où pouvons nous nous connaitre ? La représentation peinte dépasse en effet la photographie, en ce qu’elle oblige à laisser tomber une vision purement objective de soi. Un autoportrait pose en effet la question de savoir comment je vais me représenter. Ainsi Van Gogh écrit-il à sa soeur: « Je recherche une ressemblance plus profonde que celle qu’obtient le photographe« . Et plus tard à son frère : « On dit et je le crois volontiers, qu’il est difficile de se connaître soi-même. Mais il n’est pas aisé non plus de se peindre soi-même ( … ). » ( pour la citation complète consulter ce site ). Prenons un exemple précis afin de comprendre et d’analyser cette vision de l’autoportrait.

« Autoportrait », Vincent Van Gogh, 1889, 65 x 54, 5 cm
Collection du Musée d’Orsay, Paris
Source : Wikipedia, lien url, 25/04/15

Cadré en buste, l’artiste se présente en veston, et non avec l’habituelle vareuse de travail. Tout concentre l’attention sur le visage. Ses traits sont durs et émaciés, son regard cerné de vert paraît intransigeant et anxieux. Il est intéressant de savoir qu’il s’agit là d’un des derniers autoportraits de l’artiste : une dernière vision en quelque sorte de lui même avant son suicide en Juillet 1890. Van Gogh se représente sans complaisance, et avec un certain réalisme qui donne une certaine profondeur psychologique à sa peinture. Qu’a donc trouvé Van Gogh au cours de ce voyage introspectif qui anime ainsi ses pupilles d’une angoisse non dissimulée ? Un contraste de forme s’opère de plus dans cette représentation : en effet, à l’immobilité du modèle s’opposent les courbes ondulantes de la chevelure et de la barbe, qui trouvent un écho amplifié dans les arabesques hallucinatoires du fond. Ce fond n’est d’ailleurs surement pas un simple exercice de style : plonger dans le regard de l’artiste ne peut suffire en effet pour comprendre les pensées et l’état qui l’animent. Les méandres sinueux et anarchistes derrière lui sont-ils une manière de répercuter ce qui se trame dans l’esprit ? Un moyen de rendre visible et palpable ce qui par définition ne peut l’être ?Ainsi son esprit affecterait l’expression de son visage mais aussi son environnement, l’extérieur. Ses cheveux, sa veste et le fond semblent pris dans une danse folle, une énergie qui s’oppose au calme apparent du personnage. Représentation symbolique des troubles psychiques qui l’animent ? Mais aussi sans doute une manière de puiser au plus profond de ses capacités d’introspection, d’atteindre un seuil psychologique, que la photographie, l’écriture ou toute autre forme d’expression ne font qu’effleurer. Toute sa peinture est ainsi marquée par l’expression de ces fragilités psychologiques, certes, mais aussi par cette capacité hors du commun de creuser au-delà du visible, conférant à sa manière de peindre une expressivité nouvelle dans l’art. Nous nous approchons en effet, avec Van Gogh, de l’expression, prenant le pas sur la simple représentation.

S.G.D

Webographie :

wikipedia.org, « Vincent Van Gogh », lien url, « en ligne », 25/04/15

musée-orsay.fr, « Vincent Van Gogh, portrait de l’artiste« , lien url, « en ligne », 25/04/15

clg-hugo-sarcelles.ac-versailles.fr, « Une oeuvre à la loupe, Vincent Van Gogh autoportrait« , lien url, « en ligne », 25/04/15

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s